L’oubliée – Un roman qui restera dans ma mémoire

Hello ! Je vous retrouve pour notre rendez-vous littéraire du lundi. J’ai découvert la plume de Florian Dennisson à la lecture de l’Oubliée. C’est le deuxième volet des enquêtes de Maxime Monceau  mais je n’ai malheureusement pas lu « La Liste » qui présente probablement le personnage. Je peux bien l’avouer, je vais me rattraper 😉

L'oubliée - Un roman qui restera dans ma mémoire

Quelques mots sur l’intrigue

Depuis onze ans, chaque année à la date d’anniversaire de sa fille disparue, elle reçoit une lettre :

« Madame, votre fille va bien. Cette année encore, elle fêtera son anniversaire en ma compagnie. Ayez une pensée pour elle, car vous ne la reverrez jamais. »

Pourtant, le passé refait surface après plus de 10 ans. Une jeune femme interrogée suite à un accident de voiture décline son identité : Savigny, Victoria, 26 ans, sans emploi… L’adjudant Maxime Monceau et sa collègue, Emma, ont bien connu l’affaire de sa disparition à l’époque. Ils vont récupérer les premier éléments de cette affaire qui qui est restée non classée.

Marie et Jacques Savigny en sont informés et débarquent rapidement à la brigade de la gendarmerie. Mais une question se pose : où était Victoria pendant toutes ces années ? La jeune femme reste silencieuse.

Une affaire non résolue

Victoria a disparu onze ans plus tôt sans laisser de trace, malgré une enquête intrigante. Même si l’affaire est restée au niveau local, personne ne sait ce qui a pu lui arriver.

Son retour n’apporte pas d’indices aux enquêteurs mais ne sachant pas ce qu’elle a vécu, la police la laisse rentrer chez elle sans la harceler. L’adjudant Maxime Monceau, formé en synergologie, a pour mission d’explorer les zones d’ombre à travers l’interprétation du langage non verbal inconscient de Victoria. 

Son binôme, l’adjudant-chef Boris Pavlowski s’amuse de cette technique à laquelle il n’accorde aucune réalité scientifique : sujet de moqueries pour détendre un peu l’atmosphère. Cependant, inutile d’avoir étudier la psychologie pour distinguer la différence de comportement entre Marie Savigny et son mari qui semble accorder plus d’importance à sa pelouse qu’au retour de sa fille.

Victoria confirme cependant avoir été kidnappée et retenue pendant toutes ces années.

Une jeune femme étrange

Elle a beaucoup changé physiquement depuis sa disparition et toutes les interprétations sont possibles. Étrangement, ce n’est pas un personnage attachant malgré son vécu. Elle est distante et ne semble pas vouloir retrouver ses ravisseurs. A-t-elle peur ? Peut-être…

Veut-elle tout simplement oublier cette sombre période ? A vous de le découvrir.

Un personnage difficile à cerner. Pour tout dire, elle m’a bien baladée jusqu’à la dernière page. Je crois que j’ai cherché toutes les explications possibles dans ma propre enquête 😀 et je l’ai même parfois trouvée détestable cette Victoria.

Le principe d’un bon polar est de tenir le suspens et Florian Dennisson réalise ce pari avec brio.

La psychologie des personnages

Si je peux vous donner un conseil, commencez par la première enquête (La Liste). Les premières lignes concernant L’adjudant Maxime Monceau sont déstabilisantes et je me suis franchement posée des tas de questions sur les raisons qui l’avaient conduit dans ce lieu.

Alors même si cette enquête est indépendante, il y a très probablement un fil conducteur dans l’histoire personnelle des personnages principaux. C’est bien souvent dans le premier opus que le lecteur rencontre ce ou ces personnages, alors j’ai ressenti un vide et c’est vraiment dommage.

D’autant que les personnages sont bien travaillés au point d’inviter le lecteur dans cette enquête mystérieuse. Sincèrement, vous pourriez les rencontrer tant ils sont pragmatiques. Ils donnent une incroyable crédibilité à ce roman.

Un page-turner

Si les premières pages m’ont donnée le sentiment d’avoir louper un truc (c’est le cas), je me suis immergée dans l’intrigue jusqu’au bout de la nuit. Les descriptions et portraits permettent au lecteur d’imaginer et de se représenter les éléments du récit, hypnotisé par la plume de l’auteur qui l’amène à voir, à ressentir et à vivre ce que vivent les personnages.

Quelques chapitres semblent être le journal de Victoria mais sans aucun indice. Des passages qui intriguent et interrogent et accentuent l’ambiance sombre d’une partie de ce roman. Chaque personnage reste impénétrable et nous découvrons au fil des pages que les apparences sont souvent trompeuses. Les surprenants retournements de situation maintiennent un suspens bouleversant jusqu’à la dernière ligne.

Amateurs de romans policier, n’hésitez pas ! J’ai découvert un auteur que je vais suivre de très près.

Aidez nous (Association culturelle nomade)

Propulsé par HelloAsso

Florian Dennisson est un écrivain.

Il quitte les bancs de la fac pour se consacrer à sa première passion : la musique. Il écumera – et les écume toujours – les salles de concert de France, d’Europe, du Royaume-Uni et même des États-Unis, avec pour compagnon fidèle : l’écriture.

D’abord des paroles couchées sur des carnets de notes puis des histoires, des envies de faire frissonner les gens, mais sans son cette fois. Tout est bon pour lui dans cette discipline et il ne s’arrête pas qu’au roman ou à la nouvelle, mais produit des scénarios et des histoires destinées à tous les supports.

Fervent adorateur du personnage du Poulpe, c’est avec « Téléski qui croyait prendre » (2016) qu’il franchit le pas et vient à bout de son premier roman. Également à l’aise avec la langue de Shakespeare, il traduit de l’anglais une collection de cinq romans de l’écrivain culte américain, Howard Phillips Lovecraft.

Le virus est désormais en lui et il ne compte pas s’arrêter là, car si jamais un jour lointain sa guitare lui paraît trop lourde, son stylo sera, quant à lui, toujours aussi léger qu’une plume jusqu’à son dernier souffle.

En vidéo (VLOG)

Site de l’auteur : http://floriandennisson.com/
Facebook : https://www.facebook.com/floriandennisson/
Twitter : https://twitter.com/fdennisson

SimPlement.pro

Author: Angelique

La lecture est un voyage immobile, une évasion temporaire hors de notre prison, une errance où rien ne saurait nous brider.
Ma meilleure évasion reste ma création : Le Bullet Journal 😉

2 thoughts on “L’oubliée – Un roman qui restera dans ma mémoire

Que lisez-vous ? Nous aimons partager et bavarder ;)