Confinement, que fait-on avec les chevaux ?

En cette période de confinement, je passe beaucoup de temps avec les chevaux. Chaque jour, je vais faucher de l’herbe fraîche qu’ils « broutent » avec plaisir dans l’allée qui longe le parc. J’ai donc installé mon campement de travail à Villevocance pour m’occuper un peu d’Epona-Wild.

Les chevaux confinent

Comme la majorité d’entre nous, je réorganise ma vie. Je prends le temps de lire mais aussi d’étudier, d’observer et de réfléchir. Je dispose aussi d’un tout nouveau rond de longe pour travailler les chevaux tranquillement. Chaque jour, Ganesh fait quelques tours de longe pour son plus grand plaisir et Gaya est en apprentissage elle aussi.

Deux fois par semaine, je fais quelques exercice en selle pour préparer Gaya à la randonnée. Ils font la gueule parce que la privation de sortie ne leur convient absolument pas.

Epona-Wild

Epona-Wild est la seule à être ravie par notre présence quotidienne. Elle a compris l’utilité de son licol et de sa longe. Nous avons un petit rituel quotidien : nous allons brouter le long du parc en longe et ce « travail » lui plaît vraiment bien.

Elle est marrante car toujours à l’écoute et contente d’elle. Maintenant, elle vient me faire des câlins et aussi des bisous de poney, incroyable hein 😉 Je suis très loin des difficultés que j’ai rencontré l’été dernier, même si Epona aime sa liberté.

Les Fleurs de Bach

J’avoue que je me suis aidée dans la gestion des émotions avec des Fleurs de Bach. J’en parle dans ce Podcast.

Pour vous faire un petit résumé, j’ai choisi :

  • Vigne (Vine : 32). Je lui donne 5 gouttes sur une friandise à mon arrivée. Vine est le remède des animaux fiers et dominants dont le maintien laisse deviner un fort état de tension. La vigne m’a beaucoup aidée à réguler les exigences et les insistances d’Epona.
  • La verveine (Vervain : 31). Epona était une pouliche hyperactive avec de l’énergie à revendre. Elle devenait méchante avec Gaya d’ailleurs. Bien sûr, l’absence de sorties renforçait ce caractère alors mettre un licol devenait un effort important pour Biboune.
LIRE AUSSI  Bilan de nos activités #1

Les Fleurs de Bach ne sont pas « magiques » et demande un gros travail d’observation. Je ne voulais pas aborder Epona-Wild par la force et la contrainte alors j’ai pris le temps de m’adapter. Les chevaux sont tous différents alors pour harmoniser la troupe, il est utile aussi de gérer nos émotions humaines.

Dès que le Covid-19 grillera sous la canicule, Epona se promènera avec Ganesh et Gaya. J’étais triste de la laisser seule quand nous sortions alors finalement, cette situation a un petit coté positif. Le confinement m’a obligé à ralentir et à me poser avec les chevaux.

En attendant, prenez bien soin de vous.

 

Author: Annawenn

Diplômée de psychologie, je me suis orientée dans la recherche auprès du Laboratoire d'éco-éthologie (Université de Neuchâtel)
Eco-thérapeute et naturopathe, je suis éthologue bénévole pour cette association.

4 thoughts on “Confinement, que fait-on avec les chevaux ?

    1. Moi ça ne me change pas trop. J’ai de quoi faire entre mes demis, mon jardin et écrire des articles pour mon site. Je ne vois pas les journées passer. La seule chose c’est que je ne vois personne.

Forum de discussions, donnez-nous votre avis. Nous vous remercions pour votre participation.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.